Bonjour les gens,

Pourquoi soudain y a plus rien de bien à raconter dès qu’on habite plus de l’autre côté de l’eau ? Faisons mentir ce vieil adage.

LaNotreDamePoitiersLarge

 

A Poitiers, les habitants qui s’appellent des Pictaviens n’arrêtent pas de s’excuser de leur piètre lieu de vie. Pour les gens d’ici, c’est clair, être Pictavien est une faute de goût. Du coup, on plaint beaucoup les petites malchanceuses qui comme moi échouent dans la contrée sans l’avoir voulu tout à fait. Dès que je comprendrai où est le problème, je vous ferai signe.

 

Car Poitiers c’est pas mal, pas moche, pas sale, pas de droite, pas chauvin, pas le bled, pas la mégalopole, pas gris, y a la mer pas loin… bon ok les bars ferment à 1h00, les administrations sont lourdingues et les banques médiévales mais ça en France, c’est partout pareil pour la femme veuve qui s’éveeeeeille , à ce qu’on dit (vous vous rendez compte, ils utilisent encore couramment des chèques ! c’est rudement pittoresque - ça rappelle Haïti- jusqu’au moment où on se rend compte qu’on est obligé de passer à la banque chaque semaine car l’utilisation « on line » des comptes en banque n’est pas trop sécurisée alors la madame au guichet doit valider les transactions elle-même de ses yeux-vus et aussi pour déposer les chèques reçus avec une enveloppe où on aura préalablement rempli les cases prévues à cet effet avec un bic. Et pour régler une facture : tu dois envoyer un chèque par la poste, oui oui, avec un timbre et dans une enveloppe qu’on lèche avec sa langue, vous ne rêvez pas).

 

Maintenant je vais vous servir un poncif, qui dit la France dit spécialités régionales. Ici, c’est le pays du melon charentais, du Pineau des Charentes et du Chabichou. Voilà, c’est dit (y a aussi les pantoufles charentaises mais je sens que ça vous intéresse moyen… quelle bande de morfaloux alors !).

 

A Poitiers, y a aussi eu Diane de Poitiers (Dame de compagnie de plusieurs Reines et maîtresse de plusieurs Rois sans que ces derniers soient mariés aux premières, une vraie pouffe haute gamme, la grande Classe, elle a même été Grande Sénéchale, je ne sais pas trop en quoi ça consiste, mais ça pète) et Jeanne (la bonne lorraine qu’Anglais brulèrent à Rouan) est venue elle aussi y faire un tour lorsque le Roi voulu savoir si c’était du lard ou du cochon, cette sombre histoire de voix (nettement moins pouffe que la première si on en croit les ragots qui ont d’ailleurs l’air d’avoir été certifiés Fafa et puis y a pas de fumée sans feu…)